Margaux Migliore - Éducatrice de santé | RÉFLEXIONS NOCTURNES SUR L’AMOUR
Margaux Migliore - Accompagnement holistique
Margaux Migliore - Accompagnement holistique
16682
post-template-default,single,single-post,postid-16682,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

RÉFLEXIONS NOCTURNES SUR L’AMOUR

 

 

Il y a un mois, je me suis épousée… et j’ai acheté une bague pour ancrer symboliquement cet engagement envers moi-même. 

 

Depuis ma rupture, j’ai choisi de profiter de cette opportunité d’être célibataire pour me reconnecter profondément à moi. Je me suis explorée sous toutes les coutures pour apprendre à être bien et heureuse, même seule. Car savoir aimer et être heureux, ce n’est pas inné (en tout cas, ça ne l’était pas pour moi, même si je sentais que j’avais un gros potentiel).  

Par cet acte fort et inhabituel (je rêve du jour où l’on s’engagera toutes et tous, d’abord, envers nous-même !), je m’affirme ainsi aux yeux du monde et j’assume mon désir de devenir ma meilleure partenaire, de m’aimer, de me chérir et d’être présente pour moi en toute circonstance. Je fais le vœu de m’écouter vraiment, de me rendre fière, de me séduire au quotidien, me divertir, me surprendre et enfin me sécuriser. En cheminant sur cette voie, je souhaitais renouer avec ma puissance, développer mon autonomie et mon ancrage, devenir mon propre pilier et faire naître la femme que j’ai toujours rêvé d’être ! 

Je partage aujourd’hui un bout de ce que j’ai intégré ces derniers mois, semaines, jours… car ce fut un voyage extraordinaire, d’une force initiatique inégalée jusqu’à présent dans mon existence. Nous sommes le lundi 12 août 2019, j’ai 28 ans et je peux dire avec assurance et fierté combien je me sens femme, belle et amoureuse; prête à vivre pleinement, à créer de la magie et à m’abandonner à l’amour ✨. 

J’ai une immense gratitude pour Nathalie Lefèvre, la femme exceptionnelle qui m’a guidée et soutenue dans cette démarche. Je t’admire et t’estime énormément chère soeur, chère magicienne. Je remercie aussi du fond du coeur mes amours et mes crush, qui m’ont permis de vivre toutes ces expériences et de cheminer en moi, à travers nos relations, qu’elles aient été longues ou momentanées. Je vous aime <3. 

 

De l’amour de soi à l’amour de l’autre (et non l’inverse).

 

Tant que l’on ne s’est pas rempli soi-même d’amour, on ne peut en donner sans arrières pensées (même inconscientes). C’est ce que nous vivons presque tous. Nous nous réfugions dans le couple pour combler un vide intérieur. Un manque d’amour que nous n’arrivons pas à nous donner nous-même. J’aime reprendre l’image du puit pour illustrer mon propos : nous sommes des puits. L’eau qui remplit le puit, c’est de l’amour. Pour aimer véritablement, il nous faut nous remplir d’amour à tel point que le puit en déborde, et inonde tout autour. Ce n’est qu’à ce moment que l’on parvient à aimer sans rien attendre en retour. Par contre, si notre puit est vide, et que nous n’apprenons pas à le remplir nous-même, nous chercherons de l’amour, de l’attention et de la reconnaissance à l’extérieur. En fait on donne pour recevoir, et ce n’est pas vraiment de l’amour. L’amour véritable est altruiste et courageux, il se jette à l’eau sans savoir nager, saute dans le vide sans parachute. Et c’est ça qui est bon, c’est ça qui nous fait vibrer, même si on a peur ! 

Je crois que l’amour inconditionnel passe forcément d’abord par l’amour de soi, sans quoi on tombe rapidement dans la possession et la dépendance. C’est beau de développer l’amour de soi, car c’est comme partir à l’aventure avec soi-même, pour un jour être capable de partir à l’aventure avec quelqu’un, tout en prenant le risque que cela ne fonctionne pas, qu’il ou elle nous quitte; mais en choisissant quand même de prendre ce risque, justement parce que l’on est capable de le gérer. On est capable de le gérer quand on a suffisamment d’amour pour soi et de stabilité intérieure. À mon sens, on ne peut être pleinement engagé dans le couple, et le vivre bien, dans la confiance, la joie et l’authenticité, que lorsque l’on a entrepris en amont, la démarche d’être pleinement engagé envers soi-même. 

En faisant cela, on devient libre de se mettre en relation sans avoir peur de perdre sa liberté. Comme l’a si bien partagé Angelo Foley dans son dernier post Instagram, l’engagement c’est la liberté. Et cela fait sens aussi pour moi. La conscience du choix est le résultat de la liberté intérieure. En cela, on ne peut comprendre la liberté sans y intégrer la notion d’engagement qui lui est indissociable.  

 

 

Rester libre, même en couple. 

 

Ma compréhension de l’amour continuera d’évoluer mais aujourd’hui, je crois que la liberté ne se situe ni dans les relations dîtes « libres / ouvertes » qui comprennent l’engagement comme une prison, ni dans l’amour dépendant et fusionnel, qui utilise la relation pour se remplir et se rassurer. Pour moi, la liberté se situe dans l’amour conscient, lorsque l’on choisit d’être avec quelqu’un, pas parce que l’on a besoin de lui mais parce que l’on est transporté et enthousiaste à l’idée de poursuivre l’aventure de la vie à ses côtés. L’amour conscient n’exige pas de garantie ou de certitudes pour l’avenir, il ne sait pas s’il durera toute la vie, mais il s’engage pleinement dans l’instant. Finalement la liberté, c’est peut-être s’aimer suffisamment pour oser plonger de tout son être dans l’expérience magique du couple. 

 

 

Vivre l’amour en conscience. 

 

Quand on vit l’amour en conscience, on est totalement présent à l’autre et à soi, dans l’instant. D’où l’intensité décuplée de l’expérience. C’est l’enseignement magnifique du tantra. On s’imprègne de la sensation de bien-être, d’extase et de jouissance que l’amour et le sexe nous procurent, on cultive ce ressenti en soi. On ne pense pas à plus tard, on anticipe rien, on se délecte simplement de l’instant.

La plupart du temps c’est tellement beau et puissant que l’on est déjà dans la projection et la peur de perdre ce sentiment, cela nous déconnecte et diminue notre expérience. La clé est de s’imprégner du sentiment que nous procure l’amour sans s’y attacher et surtout sans s’attacher à la personne avec qui on le partage. Franck Lopvet utilise l’image du coucher de soleil qui me parle beaucoup : on ne peut que l’apprécier, pas le retenir, mais cela nous est égal car on sait qu’il se représentera toujours et que nous pourrons le retrouver, le lendemain, le surlendemain, etc. 

Plus on s’imprègne et on profite de l’instant, plus on attire à soi des expériences qui nous feront ressentir à nouveau cette vibration d’amour (sous une forme ou une autre, avec la même personne ou avec une autre). Plus on s’attache, de peur de perdre l’amour et de manquer, plus on l’éloigne de nous. 

L’amour véritable se vit en pleine conscience et dans la gratitude, ce n’est jamais de l’attachement. C’est choisir d’être ensemble, tout en sachant que l’on peut décider de ne plus l’être un jour si cela ne nous convient plus. On lâche la peur tout en comprenant que l’on ne peut aimer sans prendre de risque. Heureusement, en développant l’amour de soi et l’ancrage, on a beaucoup moins peur de prendre ce risque, voir même pas peur du tout. On se laisse simplement porter avec allégresse, légèreté et confiance. 

 

 

Arrêter de chercher, et se laisser surprendre. 

 

Quand on s’aime suffisamment, on est plus dans la recherche constante du partenaire idéal, de sa « moitié » (et oui, on est déjà plein !). Par contre on est dans l’accueil de tout ce que l’on attire à soi, dans l’excitation de la rencontre, et de tout ce qu’elle peut nous faire ressentir de merveilleux. 

En cultivant l’amour de soi, on bâtit nos fondations et on renforce notre sécurité intérieure. On est aligné, à notre juste place. On ne vibre plus le manque, uniquement l’amour, et ainsi, on attire à soi des personnes qui nous ressemblent, qui sont prêtes à s’engager tout autant que nous. 

Quand on intègre profondément cette vision de la vie et de l’amour, on fait l’expérience d’une toute nouvelle façon de se vivre : être simplement dans la joie de vibrer l’amour, s’émerveiller des synchronicités qui se multiplient, être convaincu que quelqu’un d’exceptionnel va arriver, peu importe quand (en fait on s’en fiche, on est déjà bien). Se tenir ouvert et réceptif, ni dans l’attente, ni dans la projection, mais heureux dans l’instant, tout en sachant qu’à tout moment, on peut choisir de se mettre en couple sans se perdre dans la relation. Alors la peur d’être quitté (ou de quitter) se dissout progressivement, et on peut avancer dans la vie et l’amour, beaucoup plus serein et toujours aussi libre. 

 

 

Avec amour, Margaux. 

6 Comments
  • Caroline
    Posted at 21:40h, 12 août Répondre

    J’aime beaucoup ton article qui exprime tout à fait l’amour tel que je le perçois. Je poursuis mon chemin vers l’indépendance affective. A chaque pas je m’en approche. C’est un beau témoignageinspirant . Merci

    • Margaux
      Posted at 11:45h, 17 août Répondre

      Merci beaucoup Caroline 💚.

  • Audrey
    Posted at 04:20h, 13 août Répondre

    Quel beau post!! Tu as mis en mot ce que je ressentais … «  Ouiii c’est exactement ça !!😊 » Merci pour ce bel article

    • Margaux
      Posted at 11:46h, 17 août Répondre

      Merci à toi pour ce retour 😀 !

  • Margaux ROUSSELOT
    Posted at 21:20h, 13 août Répondre

    Merci 🙂
    Il y a un an maintenant, j’ai ouvert le livre de Nathalie, mais je n’ai pas réussi à m’épouser. Trop crispée, trop dans l’attente, trop angoissée, trop dans ma tête, trop “la haut” avec une cervelle qui tourne à 10 000. Pourtant, je me rends bien compte de la libération que ça doit être de s’aimer soi et d’être remplie d’amour pour soi, de ressentir tout ça en soi. Quand j’intellectualise tout çà, je me dis que c’est vraiment le bon chemin. Mais j’ai une petite peur au fond, qui m’empêche de faire le grand saut et elle me chuchotte : “Mais Margaux, si tu t’aimes toi à 100%, alors tu n’auras plus de place pour aimer l’autre, tu te suffiras à toi même et tu resteras seule !”. Ouuuh la vilaine croyance qui m’empêche d’avancer ! 🙂
    En tout cas, à la lecture de ce bel article, je vais me replonger dans le bouquin de Nathalie (et je vais même assister à la petite retraite qu’elle organise en octobre) !
    Y a de l’espoir 😀
    Merci pour ce partage !

    • Margaux
      Posted at 11:53h, 17 août Répondre

      Aaaah merci pour ton retour car je pense que tu n’es pas la seule à avoir cette croyance ! Pour te donner mon contre exemple, je n’ai jamais été aussi bien entourées et je n’ai jamais autant attiré l’amour que depuis que je m’aime vraiment et que je prends soin de moi. Plus je me sens bien et épanouie, plus je m’ouvre aux autres, plus je suis capable d’écouter vraiment, d’être présente sans rien attendre en retour (puisque j’arrive déjà a me combler). Évidemment être en couple pour moi serait la cerise sur le gâteau et cela me rendrait encore plus heureuse. Mais rien n’est tout blanc ou tout noir. Tu peux être heureuse célibataire et encore plus heureuse en couple 😘. Je pense que la retraite de Nathalie va être géniale, j’aime tellement cette femme ! C’est un beau cadeau que tu te fais !

Post A Reply to Margaux Cancel Reply